Imaginons et agissons ensemble!

Imaginons et agissons ensemble en 2021 !

Lors du premier confinement j’ai rédigé un manifeste sur les enjeux et défis que la crise sanitaire nous impose : “Le Monde d’Après commence demain matin…” publié chez Librinova. Les bénéfices de l’ouvrage seront reversés à la fondation de France.
Plus d’informations sur l’ouvrage, cliquez ici.
Pour acheter l’ouvrage, cliquez ici !

Dans cet ouvrage, je tire les enseignements de la crise et formule 40 propositions qui s’articulent autour de 6 axes : un pacte pour une économie humaniste, le passage d’une société de l’assistanat à une société de la solidarité contributive, la transition écologique comme clef de voûte du changement de notre société, un nouveau modèle démocratique, un meilleur équilibre entre État et Régions et la relance du projet européen.

Le « Monde d’Après » risque fort d’être le même que celui d’avant, en pire, avec des dizaines de milliers de morts et des centaines de milliers de chômeurs en plus. Le lien social sera durablement marqué par la crise, entre les héros que sont devenus les personnels soignants et la vie de tous les jours avec le port du masque. Notre réalité économique est déjà profondément transformée par l’enjeu de la souveraineté sur les produits stratégiques et les attentes réaffirmées sur les questions environnementales. C’est aussi en cela que notre rapport à l’État évoluera : la crise a montré combien l’action publique est essentielle. Enfin, les changements de regards individuels et collectifs (4 milliards d’humains se sont simultanément interrogés sur leur vie d’avant et sur celle d’après) seront les plus difficiles à cerner mais c’est eux qui impacteront le plus le « Monde d’Après ». De ces enseignements apparaissent plusieurs propositions.

Je vous propose de partager quelques idées et propositions concrètes à débattre. L’idée est de voir comment, ensemble, nous pouvons mettre en œuvre des idées nouvelles pour transformer notre société.

Promouvoir une économie humaniste sous la forme d’un Pacte composé de trois volets : l’engagement de la puissance publique, le social, l’éthique.

_ Lancer un fonds souverain État/Régions dont le but est d’intervenir en fonds propres dans les entreprises qui le souhaitent. Ces fonds souverains permettront à la puissance publique d’investir avec simplicité et rapidité, pour quelques années, dans le capital des entreprises avec un juste retour raisonnable à la sortie. Ils permettraient de consolider les entreprises (en renforçant leurs fonds propres) sans effet sur leur endettement. Des règles ad- hoc seraient définies par la loi pour ce fonds (idée n°1, p.78).

_ Décider, par négociation avec les partenaires sociaux ou par référendum d’entreprise, d’une possibilité d’augmentation du temps de travail pendant 2 ans en 2021 et 2022 et des revenus associés avec par exemple un passage de 35 heures à 39 heures du travail hebdomadaire, soit environ 45 minutes supplémentaires par jour pour l’effort de reconquête. Corrélativement, une augmentation minimale obligatoire des salaires prendrait la forme d’une prime de présence de 15% du salaire pour les bas salaires. Cette prime de présence (directement proportionnelle à la présence effective du salarié dans l’entreprise) dite « prime de reconquête » serait exonérée de charges et d’impôts pour l’employeur et pour le salarié (idée n°5, p.79).

_ Mettre en place une meilleure régulation des passagers clandestins de l’économie, avant tout les GAFAM et plus généralement les entreprises optimisant leur fiscalité globale tout en s’enrichissant fortement sur les marchés français et européens. Aucune entreprise ne doit pouvoir faire du profit sur notre marché européen, bénéficier du filet de sécurité de l’État en cas de crise et acquitter une fiscalité dérisoire comme trop d’entreprises internationales le font (idée n°7, p.80).

Construire une société de la solidarité contributive au travers de principes clairs

_ Étendre le Service Citoyen à des catégories nouvelles de populations sur la base du volontariat pour celles et ceux qui vivent d’allocations (demandeurs d’emploi, demandeurs d’asile, etc.). Il s’agit de capitaliser sur l’engagement volontaire (utile aux autres) et de valoriser cette expérience comme un outil d’insertion ou de réinsertion et d’employabilité (idée n°11, p.88). Ou encore porter une parole présidentielle sur la société de l’engagement pour faire de la mobilisation citoyenne un élément profondément ancré dans notre nouveau contrat social, que le gouvernement aurait la mission de développer. Puis mettre en place des indicateurs concrets mesurant l’engagement citoyen (nombre de jeunes en Service Civique, nombre de personnes en Service Citoyen, nombre de citoyens inscrits dans la réserve citoyenne, indicateurs associatifs, etc.) pour un suivi et un débat annuel au Parlement (idée n°14, p.89).

Transformer notre société et la nécessaire place de l’écologie dans ce changement.

_ La poursuite des réformes structurelles initiées et annoncées, et en particulier la réforme des retraites, de la différenciation territoriale et de la dépendance, parce que le renoncement aurait un coût supérieur au maintien de la dynamique (idée n°15, p.100) ; la proposition au Parlement d’une loi-cadre pour reprendre une à une les propositions de la Convention Citoyenne pour le climat après avis des différentes instances pertinentes et les confronter au vote du Parlement (idée 16, p.100) ; ou encore, lancer un appel à la réorientation du commerce international avec des propositions concrètes : clauses essentielles sur le climat et les Accords de Paris ; place de la souveraineté européenne en matière de production de biens stratégiques en cas de crise ; mise en place de la notion d’« indice d’impact » des produits importés. Mobiliser les sociétés civiles et les partis progressistes européens de façon volontariste sur le sujet (idée n°20, p.101).

Réformer notre modèle démocratique pour répondre aux préoccupations qui se sont accentuées durant la crise.

_ Faire évoluer le rôle de notre Parlement pour qu’il puisse s’adapter aux nouvelles exigences du contrôle de l’action du gouvernement et de la gestion de crise.

_ Faire des lanceurs d’alerte un nouveau pilier de notre démocratie en créant les conditions législatives et effectives de leur protection et devenir le pays de référence en la matière. Pour cela, il nous faut suivre les recommandations du Conseil de l’Europe et transposer de façon audacieuse la directive européenne en 2021 (idée n°21, p.110) ; lancer le « Parlement numérique » pour ne pas paralyser notre démocratie en période de crise endogène ou exogène et poursuivre le travail parlementaire de manière sécurisée (idée n°26, p.111).

Redonner toute leur place aux territoires au sein de la République

_ Décentraliser l’activité opérationnelle de Pôle emploi pour une meilleure réactivité dans la rencontre de l’offre et la demande.

_ Reconnaître que la transition énergétique sera territoriale et garantir sa cohérence nationale,

_ Reprendre en main notre destin économique par une reconquête de notre souveraineté, avec un co- pilotage État-Région et affirmer le rôle des collectivités territoriales dans l’économie de proximité.

Relancer le projet européen en insistant sur le fait que l’Union européenne doit mobiliser et protéger les citoyens

_ Renforcer le moteur franco-allemand qui doit porter un nouvel élan d’après-crise.

_ Imaginer le lancement d’un « plan Schumann » qui sera la bannière commune des actions massives des outils, budgets, plans et actions menées par la commission en réponse à la crise. L’enjeu est de démontrer aux citoyens les actions et investissements massifs réalisés et de leur faire prendre conscience du rôle déterminant de l’Union européenne (idée n°37, p.130).

_ Créer aux côtés du Parlement européen, une « Conférence des parlements », qui serait constituée de parlementaires nationaux élus par leurs pairs et reflétant les majorités, qui aurait le rôle d’affirmer des positions majoritaires des peuples de l’Union européenne, de donner leur vision des grandes politiques européennes à venir et qui serait doté d’un pouvoir d’initiative législatif (capacité à formuler des propositions de loi sous la forme de l’intention de la loi et d’objectifs précis à atteindre) (idée 43, p.131)

Partager