“L’impérieuse nécessité” du travail de mémoire