Une “dernière” magique